Skip to content

Non au « débat » raciste sur l’islam en France ! Non aux politiques contre les immigrés et les enfants d’immigrés ! Pour la reprise de la lutte de classe anticapitaliste et révolutionnaire !

09/03/2011


Avec le « débat sur l’islam », promptement renommé « débat sur la laïcité et sur l’islam » suite aux réactions de la société, nous franchissons un pas dans la volonté du gouvernement de renforcer dans la société les clivages racistes et religieux. Les centaines de milliers de travailleurs immigrés et leurs familles que le patronat français est allé chercher de l’autre côté de la méditerranée il y a plusieurs décennies pour les entasser dans des bidonvilles puis des immeubles insalubres sont ainsi renvoyés à une identité religieuse musulmane réelle ou supposée. Il s’agit d’une politique dans le plus pur style colonial. Dans le même temps, les capitalistes agitent l’épouvantail d’une nouvelle vague d’immigration suite aux soulèvements dans le monde arabe. Ils omettent de dire que les migrants et migrantes fuient la misère dont leur propre système mondial d’exploitation et de rapines est responsable. Ils oublient qu’ils et elles fuient les bombes et les balles tirées par des armes que la bourgeoisie française a elle-même vendu aux régimes réactionnaires en place.

Sarkozy et sa majorité opposent à ces frères et sœurs de classe les « traditions chrétiennes de la France », la France des villages et des clochers. Ces valeurs, ils vont même jusqu’à les encenser dans les Églises, comme lors du déplacement de Sarkozy au Puy-en-Velay – tout en parlant hypocritement de laïcité.

Alors que les masses du monde arabe se soulèvent pour le pain et pour la liberté, ils n’ont pas d’autres contre-feux à opposer que le renforcement des identités et des conflits religieux et racistes. Ce « débat » va être l’occasion pour tout ce que la société compte de fascistes et d’écervelés de la bonne société de montrer au grand jour leurs visages dégoûtants. A ce titre, le Front National qui enregistre une certaine poussée et l’UMP dont nombre de cadres politiques sont issus des mouvements d’extrême-droite sont les deux face de la même médaille. Après le débat raciste sur l’identité nationale et la mise au pilori des Roms, qui visaient à désigner à la vindicte public les immigrés, les fils et filles d’immigrés, le « débat sur l’islam » est un nouveau signe de la crise dans laquelle s’enlise la bourgeoisie française et son État. Leur objectif est de mobiliser les franges les plus réactionnaires de la société pour créer une barrière entre les prolétaires de diverses origines, entraver et retarder le déclenchement des luttes sociales de grande ampleur qui ne manqueront pas d’éclater face à la misère grandissante.

Cette nouvelle vague idéologique réactionnaire est en effet à contre-courant des tendances réelles de la société et du monde actuel. Plus qu’une simple réminiscence du racisme traditionnel dans l’ancienne puissance coloniale, elle est une réaction apeurée aux mouvements révolutionnaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, qui forment le prélude d’une ère nouvelle. La bourgeoisie place une nouvelle fois la France en sens inverse de l’histoire. Contre le spectre de la révolution, elle met en avant les théories du choc des civilisations, ressuscite l’ère des croisades et une nouvelle version du fascisme. Il s’agit de contre-feux dangereux. Ils se révéleront néanmoins futiles si le nouveau cycle international de luttes populaires poursuit sa course. Ce nouveau cycle pousse en effet le prolétariat mondial (c’est à dire les vastes masses humaines exploitées et opprimées) à repousser les divisions nationales et religieuses réactionnaires, pour entrer dans l’arène politique avec ses propres revendications égalitaires et sociales, contre les pouvoirs réactionnaires, l’impérialisme et le capitalisme.

Il n’y a pas d’alternative pour mettre en échec cette situation dans le cadre de la préparation paisible des élections de 2012, principale préoccupation des directions de la gauche politique et même syndicale. Mais pour autant que les travailleurs, les jeunes, les quartiers populaires trouvent la force d’entrer en lutte contre le gouvernement et ses mesures, les stupidités sur les questions religieuses de même que l’agitation autour de l’immigration ne pourront assurer pour longtemps la prépondérance des thèses réactionnaires dans la société. C’est dans cette perspective qu’il faut s’organiser !

Ce qui coûte cher et ce qui rend malade la société, c’est de devoir entretenir les capitalistes et la bourgeoisie, cette classe de parasites et d’assassins qui recule l’âge de la retraite, licencie à tour de bras, privatise tous les services utiles à la population, restreint les libertés et déverse quotidiennement, avec des moyens médiatiques considérables, son idéologie venimeuse sur la population. Il s’agit d’une classe qui ne produit rien du tout, qui menace l’environnement, exploite le travail humain en France et dans les pays dominés, planifie des guerres meurtrières et rend la vie quotidienne invivable à des centaines de millions de personnes. La solution est le développement d’une large alternative socialiste et révolutionnaire, d’un parti de classe prêt à contester le pouvoir des capitalistes sur la société.

Union Pour le Communisme,
le 9 mars 2011

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :