Skip to content

Le mouvement « pour une démocratie réelle maintenant » en France

31/05/2011

Article destiné au journal Workers’ liberty, de l’Alliance of Workers’ Liberty, groupe révolutionnaire d’Angleterre avec qui nous entretenons des relations fraternelles.

Alliance of Workers' Liberty

La montée en puissance du mouvement d’occupation des places publiques par les jeunes des familles ouvrières et petites-bourgeoises, d’un certain nombre de chômeurs, précaires et travailleurs, en Espagne a traversé les frontières. Ce modèle d’action a été notamment repris en Grèce. A une échelle moindre, la France est également touchée.

A l’origine du mouvement dans l’Hexagone, l’action sur les réseaux sociaux d’un petit nombre d’activistes, qui avaient déjà tenté de provoquer des mouvements de rue, en s’appuyant chaque fois sur les modèles que pouvaient leur fournir les pays alentours. Ainsi, l’initiative du « No Sarkozy Day », qui visait à marquer l’opposition de la population avec le gouvernement de droite, s’inspirait des manifestations convoquées sur Internet pour réclamer la démission de Berlusconi, en Italie.

Mais si ce mouvement peut rassembler aujourd’hui plusieurs centaines de jeunes, en particulier à Paris, c’est qu’il s’appuie en fait sur la lame de fond qui a été initié par les mobilisations révolutionnaires dans le monde arabe. La référence à la Place Tarhir en Egypte, à la Casbah en Tunisie, est dans la tête de tous les militants.

Ce mouvement comporte des limites importantes. Il ne fait référence à aucune classe sociale déterminée dans la société, et exige des réformes démocratiques face à une oligarchie qui aurait « confisqué le pouvoir » sans vraiment mettre en avant de revendications économiques et sociales susceptibles de mobiliser la classe ouvrière.

Si la gauche révolutionnaire tente d’intervenir, de manière disparate, dans le mouvement, et obtient certains résultats, notamment à Paris, c’est surtout certains militants du Parti de Gauche, de Jean-Luc Mélenchon, qui veulent s’appuyer sur celui-ci pour préparer la campagne présidentielle. En mettant en avant le mot d’ordre d’ « Assemblée Constituante », ils se ménagent la possibilité de surfer sur l’idéologie « citoyenne », interclassiste, de cette jeunesse qui rejette les partis et les syndicats et ne se reconnaît pas dans l’histoire du mouvement ouvrier.

Au même titre que la masse des précaires et des chômeurs qui s’entassent dans les logements sociaux de banlieue, ces enfants des « classes moyennes » sont une couche sacrifiée par la crise économique du capitalisme. Sans perspectives politiques propres, ils représentent néanmoins de la matière inflammable. A ce stade, plus que l’intervention des révolutionnaires, c’est la répression violente d’un Etat anxieux d’une contagion internationale des mouvements sociaux qui peut radicaliser cette fraction de la jeunesse et provoquer une extension du mouvement aux travailleurs, à l’image de ce qui se produit actuellement en Espagne. L’intervention de la police Place de la Bastille, dimanche dernier, montre bien l’angoisse qui s’empare rapidement des pouvoirs publics.

Dans cette situation, la politique des militants communistes révolutionnaires doit être d’appuyer le mouvement, tout en critiquant ses limites, de sorte à convaincre au moins une minorité de la nécessité du travail lent et patient d’organisation des travailleurs et travailleuses. Dans le monde arabe comme en Europe, si des mouvements populaires pour la « démocratie » peuvent contribuer à allumer l’étincelle, c’est effectivement seulement les prolétaires, comme classe distincte de toutes les autres, qui peuvent mener jusqu’au bout la lutte pour une autre société, une société socialiste.

Publicités
2 commentaires leave one →
  1. 31/05/2011 19:18

    I’ve just translated this article and put it up on the Workers’ Liberty site (I am pressed for time now – so I have to write in English. Sorry!)

    I generally agree with what the UPC comrades have written, but I think that there is a bit of a problem with emphasis and focus here.

    The classless, anti-union politics of the « real democracy » protestors is a big problem (apparently in Spain trade unionists have actually been chased off some protests). The fact that they don’t appear to have any clear demands, fetishise abstract questions of « democracy » and largely ignore social and economic demands is also a big problem.

    But we shouldn’t just see democratic demands as a stepping-stone, something which « lights the spark » of a more substantial struggle. It is true that our democratic systems in Europe are badly deficient, real democracy does not exist, and we should put forward serious demands about it! The problem with the « real democracy now » campaigners is not that they’re « stuck on democratic demands » and not yet socialist: the problem is that they don’t have specific, clear, demands about what « real democracy » means.

    It’s not a case of saying « socialism will provide true democracy, the answer is socialism ». There are a series of demands about democracy which the workers’ movement should put forward immediately, not for the socialist future, but for tomorrow. In the UK, we should have a republic. We should have annual elections to parliament. Members of parliament should be able to be recalled immediately by their constituents, easily, for any reason. Labour Party MPs should be directly responsible to the rank-and-file of the labour movement. The political police and special riot police units like the TSG should be abolished. All MPs should receive an average workers’ wage.

    Democratic demands like these are essential for the workers’ movement. We have to win the battle of democracy in order to be able to push our agenda. It’s not enough to say « socialism is the answer ». (I’m aware that the comrades in UPC are not saying anything so crass as « socialism is the answer », but I think there is a tendency in the article to overlook the importance of the battle for democracy under capitalism).

    Ed Maltby

  2. 11/07/2011 14:38

    Bonjour,
    nous avons produit une analyse de ce mouvement sur notre site
    http://www.robingoodfellow.info

    Salutations communistes
    RG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :