Skip to content

La civilisation inférieure, c’est celle que défend Claude Guéant !

05/02/2012

Les récents propos de Claude Guéant assurant dans un colloque de l’extrême-droite étudiante que « toutes les civilisations ne se valent pas » marquent une étape de plus dans le racisme d’État assumé par le gouvernement actuel et les responsables de l’UMP au pouvoir. C’est au nom de cette conception de l’humanité comme divisée en civilisations inégales que les puissances esclavagistes, coloniales puis capitalistes d’Occident ont imposé aux peuples du monde entier, au fil des siècles, un système raciste basé sur la prétendue suprématie blanche, sur le pillage des ressources et l’exploitation des hommes et des femmes. Et ces puissances l’ont fait au nom de valeurs qu’elles présentaient comme universelles, d’abord au nom du christianisme, puis sous le masque de la « démocratie » et toujours au nom de la « civilisation ». Et c’est cette même prétendue civilisation qui a poussé le monde dans deux guerres mondiales sanglantes et a produit la Shoah, le génocide des juifs, des tziganes et des homosexuels.

Dans la seconde moitié du XXème siècle, l’expansion économique et les luttes ouvrières et anticoloniales avaient ramené au second plan cet aspect particulièrement abject du capitalisme, sans toutefois le faire disparaître. Le recul global du mouvement ouvrier dans les dernières décennies, couplé à la crise économique, l’explosion des nationalismes, l’ont ramené au premier plan. Pour mieux pousser les prolétaires à la misère en les divisant en fonction de leur nationalité ou de leur couleur de peau, le capitalisme, lorsqu’il est en crise, empoisonne toujours l’atmosphère des vapeurs délétères de la haine raciale et nationale.

Bien des prolétaires peuvent penser qu’un bulletin dans l’urne permettra, en écartant l’équipe UMP actuellement au pouvoir en France, d’écarter dans le même temps cette atmosphère elle-même. Il s’agit d’une illusion. Les principales organisations de la gauche officielle n’opposent d’ailleurs non seulement aucune résistance sérieuse aux mesures du gouvernement, mais elles distillent sur plusieurs aspects une idéologie de « défense de la nation », en particulier au plan économique. Et lorsque la concurrence économique devient féroce, c’est bien un antagonisme de peuples à peuples que défendent ceux et celles qui veulent enchaîner les travailleurs et les travailleuses à l’ « économie nationale » ou à l’ « économie européenne ».

Tant que se maintiendra la civilisation capitaliste, elle continuera à pousser dans la crise la société humaine, à la diviser en nations concurrentes et à sécréter les idées du racisme et de la xénophobie. Pour en ruiner les bases, nous devons nous unir dans les entreprises et dans les quartiers pour défendre nos intérêts de classe immédiats face aux coups des riches et de leur état ; nous devons également nous unir au plan politique, pour défendre nos intérêts à long terme, c’est à dire le projet d’une révolution complète visant à remplacer la dictature du profit par la satisfaction des besoins humains.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :