Skip to content

Athènes, 12 février : les prolétaires sur le chemin de l’insurrection ?

20/02/2012

Athènes brûle encore, les journaux parlent. « Casseurs », « incidents », « émeute », « explosion de colère », « rage », « jeunes », « pillage ». On rejoue, sans trop y croire désormais, la répétition des « événements », la catharsis émeutière, le feu comme résolution momentanée -et illusoire- de la misère, l’affrontement comme exutoire, le cri libérateur qui n’empêche rien. Mais il est trop tard pour le jeu. Car le 12 février, à Athènes, à Salonique, à Volos, partout en Grèce, l’émeute est morte. Les journaux parlent : leurs titres, définitifs, figent l’événement, le transforment en histoire immédiate et, bientôt, en histoire tout court. Les médias retiendront « l’émeute du 12 février » : ce qui n’est que la bataille devient la guerre, la Grèce a connu 24h de guerre, vacille-t-elle? Elle ne tombera pas, l’essentiel est là : la Vouli a voté, les chiens ont approuvé, la queue entre les jambes, le pillage organisé du prolétariat de Grèce.

Personne ne nous fera croire en « l’émeute du 12 février ». L’âge de l’émeute s’est achevé hier. Plusieurs millions de grecs ont combattu. En prenant le contrôle de leurs entreprises, de leurs lieux d’étude, de leurs quartiers et de leurs hôpitaux. Les forces révolutionnaires, qui ces dernières semaines ont pris le contrôle de dizaines de bâtiments publics, ont organisé la fraude contre les prélèvements, réquisitionné des denrées, monté des organisations de base, préparé le combat, ces forces ont aussi dans la nuit du 12 tenté de prendre la mairie d’Athènes, pillé au moins une armurerie, mis en place la défense de plusieurs quartiers d’Athènes contre la police. Il n’y a pas eu « d’explosion de colère » spontanée, soudaine, inattendue : l’émeute ne surgit désormais qu’entre deux sujets du JT de 20h, quand la guerre sociale devient une réalité durable et l’insurrection une option crédible pour des millions de grecs.

Aujourd’hui, le pouvoir grec vacille. Des députés sont exclus des partis politiques, des élections législatives anticipées sont convoquées. Les fascistes en appellent au sursaut patriotique et rêvent d’un coup de force. Même le KKE (Parti « Communiste » Grec), qui a protégé militairement le parlement et continue de s’opposer aux forces révolutionnaires, parle ouvertement de la possibilité d’une « guerre civile ». Les syndicats de base, les groupes anarchistes, communistes non-staliniens, ont surmonté, dans une certaine mesure, leur impuissance passée. Face à la bureaucratie stalinienne patriote du KKE, à la compromission réformiste et à la tentation de la seule révolte-de-la-jeunesse maintenue indéfiniment, ils ont su s’organiser dans la lutte, et sont aujourd’hui aux côtés du peuple dans son mouvement pour le renversement de l’ordre en place. S’y maintenir implique pour eux d’organiser une rupture véritable d’avec l’idéologie patriotique, dernière planche de salut du capital en Grèce comme ailleurs ; de renouer solidement avec la lutte de classe intransigeante pour un pouvoir prolétarien et pour le socialisme.

L’alternative « socialisme ou barbarie » plus que jamais s’impose dans les consciences. Ne nous y trompons pas : cette alternative, si elle apparaît plus urgente en Grèce qu’ailleurs, est le reflet de la situation dans laquelle le capitalisme nous plonge inexorablement. La bourgeoisie se défait bien vite de ses oripeaux démocratiques. Acculée, elle ne tardera pas à marcher au pas de l’oie. La réaction du prolétariat grec est exemplaire : il ne suffit plus de savoir qui sont nos ennemis et de les combattre, il nous faut désormais les vaincre. Œuvrer partout à la reconstruction d’un vrai parti mondial pour le communisme et pour l’insurrection, s’organiser dès à présent pour la victoire, apparaissent comme les nécessités du moment qui s’ouvre dans la fin de l’émeute grecque.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :