Skip to content

1er tour des élections présidentielles : la situation politique souligne l’urgence d’un véritable parti de classe révolutionnaire !

24/04/2012

1er tour des élections présidentielles :

la situation politique souligne l’urgence d’un véritable parti de classe révolutionnaire !

Avec plus de 6 millions de voix, l’événement majeur du premier tour de la présidentielle est le score de l’extrême-droite. Il s’agit pour elle d’un record absolu, inégalé dans toute l’histoire électorale de la France depuis 1945. Il faut y ajouter les voix de Sarkozy, qui se situe sur un terrain similaire, et dont la politique a préparé le terrain à ce résultat. Pour l’expliquer, l’effet de l’accélération de la crise capitaliste, du désordre social et de la concurrence qu’elle produit au sein des classes exploitées est insuffisant.

La démocratie libérale, c’est à dire capitaliste, quelque soit les réformes parlementaires qu’on propose de lui appliquer, fait toujours le lit du fascisme. L’histoire passée le montre. Incapable de garantir le bien-être des travailleurs et travailleuses, elle canalise toute poussée pour le changement dans le cadre de ses institutions. C’est la fonction des partis de gauche actuels, et des directions syndicales. La poussée de l’extrême-droite est le résultat de décennies de politique de « dialogue social » avec le capitalisme de la part de la gauche qui, rangée autour du Parti Socialiste, a assumé la cogestion de l’offensive contre nos conditions de vie.

L’autre donnée majeure de l’élection est la poussée relative du Front de gauche. Elle reste nuancée, mais est destinée à progresser encore. Mélenchon n’a proposé qu’une autre distribution de la richesse, dans le cadre d’une république parlementaire. Il ne touche pas à la propriété capitaliste des grands moyens de production, ni au caractère bourgeois des institutions. Il ne prononce aucun mot contre l’impérialisme, mais sacralise la nation et ses symboles. Le soir du premier tour, il prédit que la victoire de son programme est inéluctable, et qu’elle passera par « la voie des urnes et de la démocratie ». Sous des allures radicales, cette voie de réforme du capitalisme ne prépare pas, mais s’oppose fondamentalement à la voie révolutionnaire. Elle désarme notre classe. Toute la combativité dépensée dans cette direction l’est en pure perte, et se retourne contre nos intérêts. Dans le passé, toutes les expériences politiques de ce type, généralement menée sous le prétexte de l’ « unité antifasciste », se sont soldées par le remplacement du gouvernement de gauche par un régime autoritaire de droite : Espagne 1936, régime de Vichy succédant au Front Populaire en France, Chili 1973, etc.

Quelque soit le prochain gouvernement, il prendra inévitablement les mesures d’austérité qui seront exigés de lui par la classe capitaliste. Des résistances éclateront. Qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, dans les ministères ou dans une posture de « soutien critique » ou d’ « opposition constructive », les dirigeants de gauche tenteront de canaliser ces mobilisations vers des revendications simplement économiques, ou vers des réformes politiques du régime bourgeois. Ils épuiseront l’énergie populaire pendant que toutes les nuances de l’extrême-droite se renforceront en se tenant prêtes, tôt ou tard, à former de véritables milices pour écraser les prolétaires conscients et militants que les appels au pacifisme légal et à la démocratie ne feront pas reculer. Seule la construction d’un parti révolutionnaire de classe peut déjouer ce scénario. Cela implique de redoubler d’efforts militants pour l’unité des révolutionnaires, pour créer partout des noyaux communistes dans les entreprises et les quartiers, les souder autour d’un plan de travail efficace qui  permettra de mobiliser notre classe pour le socialisme !

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :