Skip to content

Tabarnak !

30/04/2012

affiche 1er maiMême si l’ethnocentrisme de nos médias peut le faire penser, l’austérité ne touche pas que l’Europe. Bien sur, en Grèce, en Espagne, en Angleterre, au Portugal et un peu partout sur le vieux continent, les mouvements sont d’une intensité que l’on ne connaissait plus depuis bien longtemps. Les oppositions aux rigueurs budgétaires que veulent nous imposer le patronat et les gouvernants y sont de plus en plus fortes, mais pour autant, ne regardons pas que notre nombril.

Depuis de nombreuses semaines, les étudiants québécois sont en lutte contre les coupes budgétaires dont ils sont les victimes. Première revendication : le gel de l’augmentation des frais de scolarité. Augmentation qui doit se multiplier par deux, pour faire passer à 4 000 $ le coût d’une année universitaire, excluant de fait les étudiants les plus précaires ne pouvant s’offrir des études à un prix si élevé. Même si ce point est celui mis en avant par nos médias, cela ne doit pas faire oublier que d’autres sont à l’ordre du jour : retrait des frais de santé, retrait de la hausse du prix de l’électricité, en somme, retrait des mesures d’austérité qui touchent, comme d’habitude les habitants, les travailleurs et non les réels responsables de la crise.

Pour se battre, une grève illimitée des étudiants est en cours depuis le mois de février. 180 000 personnes y prennent part. Plusieurs actions de blocage de l’économie ont été mis en place. Les manifestations se succèdent – il est d’ailleurs intéressant de voir que seule la violence de ces dernières permet de faire parler un peu du mouvement en France. Un appel à la convergence des luttes est lancé, avec pour point d’ancrage la manifestation du 1er mai. La grève générale est réclamée par les étudiants comme par toutes les personnes subissant au jour le jour les méfaits de la crise.

Aux États-Unis aussi, le 1er mai devrait avoir une couleur particulière. Le mouvement Occupy Wall Street veut renaître pour la journée internationale des travailleurs, pourtant non reconnue et non fériée aux USA. Un appel à la grève a été diffusée, des manifestations sont organisées, des échanges autour de débats, de conférences et d’ateliers vont fleurir un peu partout dans le pays. Des blocages économiques sont également prévus dans la nation de l’oncle Sam. Même les grands syndicats américains, pourtant réticents à se lancer lorsqu’ils ne contrôlent pas l’ensemble des manifestants, n’ont pas eu d’autres choix que de s’y associer, sans quoi ils risquaient de perdre la face.

Le patronat est international, il est indispensable de se battre avec la même force que lui, c’est pourquoi nous soutenons les grévistes québécois et ceux des USA et leur souhaitons de continuer la lutte et de vaincre. Seule la solidarité internationale peut permettre de faire avancer les travailleurs vers un monde de justice, de liberté et d’égalité.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :