Skip to content

Occupation des hauts fourneaux : solidarité avec les ouvrier-e-s de Florange !

08/12/2012

 En dépit de tous les efforts de Mittal et du gouvernement pour enfumer les salariés du site de Florange, ces derniers sont décidés à continuer la lutte, avec le soutien d’une partie grandissante de la population. Aujourd’hui, c’est d’autres usines du groupe qui entrent en lutte, bloquent la production en solidarité avec leurs camarades de Florange mais aussi contre l’annonce d’une « revalorisation de 0 % » proposée par la direction lors des négociations salariales.

Mais le fait le plus significatif est la décision d’occupation des hauts-fourneaux prise par les ouvrier-e-s de Florange, pour en empêcher coûte que coûte l’arrêt. Cette avancée dans la lutte signifie que les travailleurs/ses ont le courage d’empiéter contre le sacro-saint « droit de propriété » et la puissance de commandement des capitalistes et qu’ils affirment, de manière encore isolée et contingente, que les moyens de production doivent appartenir à la collectivité.

Nationalisation ou réquisition ? Les méthodes de classe employées ici le sont en appui de la perspective de nationalisation, avancée par certains élus, les syndicats ainsi que l’ « aile gauche » du PS. L’État devrait racheter l’usine, puis la revendre à un repreneur. Le chiffre de un milliard d’euros est avancé par le gouvernement, pour justifier sa réticence à faire ce pas. Si la nationalisation s’effectuait dans ces conditions, cela signifierait donner encore plus de pouvoir à Mittal, pour exploiter les autres ouvrier-e-s du groupe, en France comme partout ailleurs dans le monde. Elle serait d’autant plus scandaleuse que les installations lui avaient été concédé il y a quelques années par ce même État pour un euro symbolique, et qu’il a depuis lors été maintenu à flot d’argent public.

Si l’intérêt immédiat des ouvriers leur commande d’exiger une réquisition d’État de l’entreprise, il faut la réclamer sans indemnités ni rachat de sorte à ne pas accroître, mais à affaiblir la puissance de nuisance de Mittal. Il faut également le faire non pas au nom des « intérêts de la France », ou de l’idéologie de la « nationalisation » : les intérêts des travailleurs/ses sont partout les mêmes; et partout divergents de ceux de l’État bourgeois, fût-il propriétaire des usines !

Les problèmes sont partout les mêmes ! Le pas en avant courageux des ouvrier-e-s de Florange doit devenir un exemple pour tous les ouvriers, pour toutes les ouvrières de l’industrie. Pour empêcher la restructuration de l’économie capitaliste sur notre dos, il faudra s’emparer partout des instruments stratégiques de la production, car la plupart des grands groupes industriels sont concernés par des suppressions d’emploi, des fermetures d’usine.

Mais les ouvrier-e-s les plus conscients doivent réfléchir non seulement à demain, mais aussi à après-demain. Il n’y a pas de solution à la sauvegarde de nos conditions de vie, et encore moins au changement radical de société que la crise appelle, par l’action usine par usine – que nous occupions celle-ci ou celle-la, ou même toutes en même temps. Ce qu’il faut, c’est un courant radical au sein de notre classe, les prolos, pour mettre en avant la perspective du socialisme, d’une restructuration de l’outil productif mais dans le sens de nos intérêts à nous : une société sans exploitation, une société qui ne détruit plus l’environnement des hommes et des femmes, mais qui produit au contraire pour leurs besoins, pour une vie digne d’être vécue. Un courant qui dise, en somme : prendre les usines, oui, mais surtout : prendre le pouvoir !

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :